Appelés à la sanctification - 1Thes 4 : 3-8

dimanche 18 janvier 2015
par  Steve BARNES
popularité : 4%

-* Date du message : 18 janvier 2015
  • Sujet : Appelés à la sanctification
  • Texte : 1Thessaloniciens 4 versets 3 à 8 (Bible)
  • Prédicateur : Steve Barnes

Fichier MP3 à écouter en ligne

Fichier MP3 à télécharger

MP3 - 40.2 Mo

Appelés à la sanctification
1Thes 4 : 3-8
Série : 1 Thessaloniciens

«  Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification  » (1Thes 4 : 3). Nous voulons faire deux remarques dans notre introduction.

La première remarque étant : Paul ne dit pas : « ce que Dieu veut, c’est votre salut » comme si cela était tout ce qu’il recherchait. Le salut n’est pas une fin en soi, c’est une libération en vue d’une nouvelle vie. Quand Dieu a envoyé Moïse en Egypte, ce n’était pas seulement pour les délivrer de l’esclavage mais pour leur donner une nouvelle vie sous de nouveaux principes. Quand le Fils de Dieu est venu parmi les hommes il « a aimé l’Eglise, et s’est livré lui–même pour elle, afin de la sanctifier en la purifiant et en la lavant par l’eau de la parole, pour faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable  » (Eph 5 : 25-27). Si la truie a été lavée, ce n’est pas pour qu’elle retourne se vautrer dans le bourbier (2Pi 2 : 22).

La seconde remarque consiste à souligner que ces paroles sont adressées à une église de chrétiens fidèles. Nous ne devons jamais croire que nous ne sommes pas capables de chuter dans le péché. David est bien tombé. Démas s’est détourné dans un autre domaine (« car Démas m’a abandonné, par amour pour le siècle présent, et il est parti pour Thessalonique  » - 2 Tim 4:10 ). Paul a averti les Corinthiens en disant : « Ainsi donc, que celui qui croit être debout prenne garde de tomber ! » (1Cor 10 : 12).

Nous allons nous pencher sur trois aspects de cette question pratique dans la vie de chaque enfant de Dieu.
1. Comment nous écartons-nous de la voie.
2. Ce que Dieu désire pour nous.
3. Ce que Dieu ressent lorsque nous nous égarons.

1. Comment nous nous écartons de la voie.

Comment Eve a-t-elle pu chuter dans la désobéissance ? Satan a pris la pensée d’Eve comme champ de bataille avec Dieu pour le contrôle de l’humanité. Eve a troqué la vérité divine (Gen 2 : 17) pour le mensonge du Serpent (Gen 3 : 4-5) et la capacité de réflexion de l’humanité n’a plus été pareille depuis ce jour. Eve avait la Parole de l’Eternel et la déclaration de Satan. Elle a fait appel à son intelligence pour déterminer laquelle des deux était vraie. Paul déclare que depuis ce jour les hommes font encore la même chose ; ils « ont changé la vérité de Dieu en mensonge, et qui ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni éternellement » (Rom 1 : 25). Eve a commis l’erreur de croire qu’elle avait la capacité de discerner lequel de Dieu et de Satan avait raison. En faite, sa seule capacité de choisir était de désobéir au commandement de Dieu ou d’obéir. Elle se croyait capable de déterminer la vérité et aussi a-t-elle fait appel à ses sens pour prendre une décision (Gen 3 : 6) :
• Elle « vit que l’arbre était bon à manger » - Test physique – la matière
• Elle « vit que l’arbre était … agréable à la vue » - Test esthétique – l’art
• Elle « vit que l’arbre … était précieux pour ouvrir l’intelligence » - Test intellectuel – la science

Nous avons été formatés de manière à croire que les médias disent vrai même si nous le nions de notre bouche. Ce que disent les médias et l’internet à l’exclusion de la Parole de Dieu sont devenus la référence de notre réflexion comme dans le cas d’Eve. C’est la méthode qu’emploient encore beaucoup d’hommes pour décider s’il faut croire la Parole de Dieu. Cette erreur est commise par des gens dans l’église (« Toutefois, de même que le serpent séduisit Eve par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ » - 2Cor 11 : 3). Eve « séduite, s’est rendue coupable de transgression » (1Tim 2 : 14) .

2. Ce que Dieu désire pour nous

Paul rappelle donc aux Chrétiens de Thessalonique qu’ils doivent posséder leur corps, donc de ne pas se livrer à une convoitise passionnée ou à leurs envies fortes. Ce sont les païens qui ne connaissent pas Dieu qui vivent de cette manière. Le second rappel est de ne pas faire usage de fraude (tromperie) ou de cupidité (désir de richesse et de bien matériel) contre un frère (un autre humain, croyant ou pas). Peu importe si la personne est consciente du fait qu’elle a été trompée parce que Dieu le sait et il fait justice. Paul les avait déjà avertis comme aux chrétiens de Rome (Rom 12 : 19-20).

Ces avertissements sont des préceptes intemporels (1Thes 4 : 2) dont l’origine est en Dieu qui prend leur rejet très personnellement (1Thes 4 : 8). Ce n’est une question ni d’être d’accord ou de comprendre le pourquoi, c’est Dieu qui le dit. Le Dieu qui a dit « Tu ne commettras point d’adultère  » est celui qui a dit « tu ne voleras point  ». Et celui qui désobéit à un seul commandement devient coupable de tous (Jac 2 : 10-11). Combien d’erreur faut-il faire dans la résolution d’un problème de mathématique pour que le résultat soit faux ? N’excusons pas, ne justifions pas nos écartements de la volonté de Dieu pour chacun de ses enfants. Il veut que nous marchions de progrès en progrès dans notre nouvelle vie, notre sanctification.

3. Ce que Dieu ressent quand nous nous égarons.

Que doit penser Dieu d’une personne qui a reçu de lui le don gratuit de la vie éternelle et en qui il a placé son Esprit et qui se laisse entrainer par les courants de la vie qu’il doit avoir quitté ? Paul dit : « Dieu, qui vous a aussi donné son Saint–Esprit » (1Thes 4 : 8). Voyons ce que Dieu dit à Israël par la bouche de Jérémie (Jér 7 : 8-11). La majorité des Dix Commandements sont enfreints et pourtant ils se rendent au temple pour offrir des sacrifices. Dieu dit qu’il en avait fait une caverne de voleurs. Jésus a chassé ces voleurs du temple en son temps.

N’oublions jamais que « Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais à la sanctification  » (1Thes 4 : 7). L’impureté et la sanctification sont des états contraires. La solution n’est pas de ne plus allé au temple (à l’église ou de s’abstenir de la cène) mais de purifier sa vie. Que le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché est une chose (1Jn 1 : 7b) mais la sanctification c’est la démarche vers Dieu par le Saint Esprit qui est en nous (« puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu’il est écrit : Vous serez saints, car je suis saint  » - 1Pi 1 15-16).


Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur