L’anatomie d’une épreuve - Genèse 21 à 22

lundi 9 mars 2015
par  Steve BARNES
popularité : 4%

L’anatomie d’une épreuve spirituelle
Genèse 21-22
Série : La vie d’Abraham
F05032015

L’épreuve est maximale parce qu’après avoir attendu la naissance d’Isaac pendant 25 ans, il en jouit jusqu’à l’adolescence de l’enfant, et l’Eternel lui demande de le sacrifier. De plus, associé à cette enfant sont toutes les promesses d’une nombreuse descendance. Sacrifier l’enfant met fin à tout ce pour quoi il était venu en terre étrangère et avait vécu la solitude au sein d’une abondance matérielle. C’est la plus lourde épreuve qu’un homme puisse subir. Mais s’il a pu la traverser, s’était bien parce qu’il était porté par sa foi inconditionnelle en Dieu (Héb 11 : 17-19).

1. La naissance d’Isaac

C’est avant qu’Abram ne quitte Ur en Chaldée que Dieu avait promis qu’il ferait de lui une grande nation (Gen 12:2). Comme Saraï est stérile, Abram propose à Dieu Eliézer son serviteur fidèle, né dans sa maison, mais Dieu refuse (Gen 15:2). Dieu insiste qu’il aura un héritier naturel (Gen 15:4). Saraï propose sa servante Agar à son mari pour qu’il ait une progéniture (Gen 16:1-3). Dieu reste avec son plan et promet à Abraham un fils par Sara sa femme (Gen 17 : 15-16) et il portera le nom d’Isaac (Gen 17:19).

Abraham et Sara avaient attendu jusqu’à l’âge de 100 ans pour avoir l’enfant qui leur avait été promis (Gen 21:5). L’Eternel s’était souvenu de sa promesse à Sara et l’enfant est né au temps fixé par lui-même (Gen 21 : 1-2).

Isaac grandit et son sevrage est la cause d’un grand festin digne de la situation (Gen 21:8).

2. Le départ d’Ismaël

Il est important nous de comprendre qu’à ce festin Ismaël a 15 ans et qu’il est jusqu’à là considéré comme l’unique héritier de toute la richesse d’Abraham. Peut-être qu’Abraham ne le lui a jamais dit parce qu’il savait que Dieu avait prévu un autre, mais toutes les apparences laissaient croire à Ismaël qu’il allait devenir l’héritier et le maître de tout.

Ce festin est donc la fin d’un beau rêve pour Ismaël. L’Eternel avait promis à Agar que son fils deviendrait puissant (Gen 16:11-12) et c’est pour cela qu’elle était retournée vers sa maîtresse (Gen 16:15-16).

Ce festin, bien que joyeux, provoque un pourrissement dans la relation entre les deux femmes, Sara et Agar, et leurs enfants (Gen 21:9-10). Sara demande d’Abraham qu’ Agar soit chassée avec son fils pour qu’il n’ait aucune part à l’héritage (Gen 21:10). Abraham a hésité car il était certainement attaché à Ismaël, il n’a pas répondu à Sara comme la première fois (Gen 16:6). Dieu, connaissant l’état des choses dans les cœurs, recommande à Abraham d’écouter les paroles de Sara afin de sauver Ismaël (Gen 21:12). Agar part ; sa vie s’effondre (Gen 21:16). L’Eternel intervient et les accompagne (Gen 21:20).

3. Le sacrifice d’Isaac

Dieu met Abraham à l’épreuve (Gen 22:1). Les épreuves de Dieu ne sont jamais pour notre mal (Jac 1:13) mais il est difficile de le croire quand on est dedans. Dieu n’a pas l’intention de prendre l’enfant mais pour Abraham c’est un réel sacrifice que Dieu réclame et c’est ainsi qu’il le vit dans la foi (Héb 11:19).

Il y a ici un principe qui est établi. Dieu ne veut pas que notre foi se déplace et soit sur ce qu’il a pourvu plutôt que sur lui. Je demande à Dieu un emploi et ensuite je construis sur l’emploi plus que sur Dieu qui a pourvu l’emploi.


Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur