Se lamenter sans désespérer de Dieu - Lam 1 à 5

dimanche 31 mai 2015
par  Steve BARNES
popularité : 5%

  • Date du message : 31 mai 2015
  • Sujet : "Se lamenter sans désespérer de Dieu" (1)
  • Texte : Lamentations de Jérémie chapitres 1 à 5 (Bible)
  • Prédicateur : Steve Barnes à Fréjus

Fichier MP3 à écouter en ligne

Fichier MP3 à télécharger

MP3 - 56.5 Mo

Se lamenter sans désespérer de Dieu
Lamentations de Jérémie chapitres 1 à 5
F31052015

Le prophète Jérémie se lamente sur le sort de Jérusalem et du peuple d’Israël. Il comprend que c’est à cause du péché d’Israël, de la manière dont elle a traité les prophètes et qu’elle a souillé le temple. Jérémie se lamente aussi pour son sort personnel parle que lui n’a pas cessé de proclamer la Parole que Dieu lui avait donnée et pourtant le voilà dans une prison et mourant de faim et soif. Mais au sein de ces déprimantes circonstances il espère en Dieu.

I. Un jugement sévère sur le peuple

N’oublions jamais que l’Ancien Testament nous a été donné non pour dire que nous sommes sous la même alliance qu’Israël et que l’Eglise est la continuité d’Israël. L’alliance du Mont Sinaï était différente de celle sous laquelle vivait Abraham pourtant il était leur père. Le signe de l’alliance avec Noé était l’arc-en-ciel, celui de l’Alliance avec Abraham était la circoncision, et celui de l’alliance sous Moïse était le sang versé. En Christ nous avons une nouvelle alliance qui a été inaugurée dans la chambre haute, c’est la Cène. L’Ancien Testament est conservé pour notre lecture parce qu’il révèle Dieu qui ne change pas quelque soit l’alliance par laquelle il est engagé envers les croyants et les croyants sont engagés envers lui.

Dieu a toujours jugé pour le péché, depuis Eden, durant la vie de Noé, avec la destruction de Sodome et Gomorrhe, la conquête de Canaan, l’exile en Babylone, jusqu’au jugement dernier et l’établissement de nouveaux cieux et d’une nouvelle terre.
Dieu, par la bouche de Moïse, avait averti les enfants d’Israël qu’il les disperserait s’ils se tournaient vers d’autres dieux. Il avait mis devant eux la bénédiction et la malédiction (Deut 28 : 1 et 15). Jérémie avait averti le peuple de son temps mais ils ne l’ont pas écoutés. Dieu a accompli sa Parole et les habitants de Jérusalem sont emmenés en captivité. Ils sont humiliés au plus bas point après avoir eu des années de gloire sous les rois David et Salomon. Même le temple de Jérusalem est détruit. Le lieu compte peu pour Dieu s’il n’y est pas adoré. Jérémie décrit cet état des choses et il en est horrifié (Lam 1 et 2).

La question est souvent posée comme suit : Comment un Dieu de bonté peut-il traité son peuple d’une telle manière ? La bonté de Dieu n’annule pas la justice de Dieu. Il garde sa Parole en grâce et en jugement. Pourquoi ne pose-t-on pas la question suivante : Comment est-ce qu’un peuple tant béni par Dieu peut-il se détourner de lui et adorer d’autres dieux ? Nous oublions de comptabiliser combien de fois il a plaidé avec ses enfants pour qu’il se détourne des ses mauvaises voies et qu’il revienne à lui (2 Chroniques 7:14 "si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, — je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays").

II. Un sort injuste pour le serviteur fidèle

Le chapitre 3 du recueil des lamentations de Jérémie décrit la souffrance du serviteur fidèle. Il avait fidèlement proclamé le message de Dieu à ce peuple rebelle et le voilà en prison (Lam 3:1-18). Il est humilié au plus bas point et le monde qui l’entoure ne voit rien à envier chez lui. On croirait que Dieu n’avait pas les moyens d’intervenir ou qu’il l’avait oublié.

Combien de fois, les enfants de Dieu, alors qu’ils avaient cherché à marcher fidèlement selon l’enseignement du Seigneur, se trouvent dans l’épreuve, la difficulté, l’injustice et parfois le cumul de tous. L’apôtre Paul, un modèle que nous ne pourrons jamais imiter, fait un petit bilan de sa vie de service pour Dieu dans 2 Corinthiens (11 : 16-33). Normalement, il n’aurait jamais subit tout cela s’il était resté pharisien. La vie de Christ, l’homme parfait dans toute sa conduite et ses paroles dit à ses disciples "Vous, vous êtes ceux qui avez persévéré avec moi dans mes épreuves" (Luc 22:28).
Pourquoi les enfants de Dieu souffrent-ils ?

 Parce que "la pluie tombe sur les bons et les méchants" (Mat 5 : 44-45).
 Parce que Dieu ne veut pas que notre refuge soit dans le "temple" mais dans le Dieu du temple. Les enfants d’Israël s’imaginaient que Dieu ne permettrait pas que la ville sainte soit détruite, cela pourrait ternir son image. Dieu. Comprenons que Dieu se définit pour nous par les attributs qu’il nous a révélé dans sa Parole. L’homme est parfois bon et à d’autres moments méchants mais Dieu est toujours saint, amour et justice et il ne peut pas être l’un sans l’autre. C’est l’image que Jésus a projeté durant toute sa vie.
 Parce que le monde exprime sur nous les sentiments qu’il a pour Dieu (Jn 15:18-25)

III. L’espérance dans le malheur

Nous avons dit que Dieu, en jugeant le Royaume de Juda et Jérusalem, il ne faisait que garder son avertissement par la bouche de Moïse. Ne voyons pas seulement la malédiction mais lisons aussi l’invitation à la repentance (Deut 30:1-10). Salomon dans sa prière de dédicace du temple de Jérusalem rappelle cette dimension de Dieu qui offre toujours un moyen de revenir à lui (1 Rois 8:46-53). C’est dans cette réalité que Jérémie trouve de l’espérance au sein du malheur (Lam 3:19-33).

Jérémie invite le peuple à se repentir (Lam 3:40-48). Même pour sa propre personne, il voit l’intervention de Dieu (Lam 3 : 49-66).

La situation de Jérusalem est déplorable (Lam 4) mais Jérémie espère toujours en Dieu (Lam 5:19-22). Dieu a toujours donné la possibilité de revenir à lui, de se repentir de nos égarements et de trouver le pardon. Paul considérait que son plus horrible crime était d’avoir persécuté l’église de Christ mais il a jouis de la miséricorde de Dieu (1Tim 1:12-17).

Le caractère de Dieu n’a pas changé depuis l’Ancien Testament quand il dit : "si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, — je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays" (2 Chr 7:14).

Ce que Dieu pardonne, il n’évoque plus.

Nous pouvons espérer en Dieu quelque soit la raison de notre souffrance. N’oublions pas que Jésus a pardonné quand un homme est le moins porté à pardonner ; il l’a fait au sein de l’angoisse et de la souffrance, sur la croix. Ce n’est pas après la résurrection qu’il à dit " Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font" (Luc 23:34), c’est pendant qu’on tirait au sort sa tunique. Il pardonnera maintenant qu’il est glorifié.


Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur