Parabole du Bon Samaritain - Luc 10 : 25-37

mardi 23 juin 2015
par  Steve BARNES
popularité : 3%

Parabole du Bon Samaritain
Luc 10:25-37
Série : Parabole de Jésus
F18062015

"Et qui est mon prochain" (v.29) est la question à laquelle Jésus répond par une parabole.

L’évolution de la situation alors que Jésus raconte la parabole est frappante. Il s’agit d’un docteur de la loi qui se lève et pose une question à Jésus pour l’éprouver (v.25). Nous le trouvons ressentant le besoin de se justifier devant Jésus (v.29). A la fin, c’est Jésus qui lui dit d’aller pratiquer le commandement qu’il connaît déjà (v.37). Le professeur en théologie reçoit la leçon de celui qu’il a méprisé.

La question "Que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ?" avait certainement été longuement débattue parmi les docteurs de la loi sans qu’ils puissent en dégager un consensus théologique. Le jeune homme riche avait accouru avec la même question "Bon maître, lui demanda-t-il, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ?" (Mc 10:17). La question provoquait de la confusion dans le milieu intellectuel. Ce docteur de la loi va la poser à cet homme de Nazareth qui essaye de passer pour un érudit. Le problème avec cette question est qu’elle est mal formulée. Comme la vie éternelle n’est pas héritée de la même manière que les enfants d’Israël ont hérité le pays de Canaan, il n’y a rien qui puisse être pratiqué pour pouvoir l’hériter. Canaan avait été donné à Abraham et Israël l’avait hérité de lui. La vie éternelle s’obtient individuellement par la foi, c’est une grâce de Dieu (Eph 2:8-9).

Jésus renvoit ce docteur de la Loi vers les Ecritures et certainement qu’il l’a aidé à trouver cette réponse "Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même " (v.27). Jésus l’énoncera plus tard en réponse à la question "Maître, quel est le plus grand commandement de la loi ?" (Mat 22:36). Jésus connaît le cœur des hommes. Quand Jésus lui dit "fais cela, et tu vivras" (v.28) c’est comme s’il lui disait que ce docteur de la loi ne pratiquait pas ses commandements. L’homme ne dit pas, qu’au contraire, il gardait les commandements mais voulant justifier le fait qu’il ne les gardait pas dit : "Et qui est mon prochain ?" (v.29).

C’est en réponse à cette question que Jésus raconte la parabole du Bon Samaritain. Les éléments importants que Jésus a souligné sont le sacrificateur et le lévite, tout deux des hommes religieux, qui n’ont peut-être pas voulu se souiller afin de pouvoir accomplir leurs rites mais c’est au prix d’abandonner un homme mourant sur le bord de la route. Le samaritain intervient et engage ses frais parce qu’il est ému de compassion pour cet inconnu. Jésus a toujours placé les hommes au-dessus des traditions et des rites. Ce docteur a su quelle était la réponse que Jésus cherchait mais il ne pouvait pas prononcer le mot "samaritain", il dit "celui qui a exercé la miséricorde envers lui" (v.37a). Jésus lui dit : "Va, et toi, fais de même" que ce samaritain que tu dédaignes (v.37b) mais il n’ajoute pas "et tu hériteras la vie éternelle". C’est à Nicodème que Jésus a dit comment recevoir la vie éternelle (Jn 3:16).


Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur