Le Pardon - Eph 4:32

lundi 16 mai 2016
par  Steve BARNES
popularité : 4%

  • Date du message : 15 mai 2016
  • Sujet : "Le Pardon "
  • Texte:Epitre de Paul aux Ephésiens chapitre 4 et verset 32 (Bible)
  • Prédicateur : Steve Barnes à Fréjus

La prédication n’a pas été enregistrée. Nous nous excusons. Voici le lésumé de ceux qui a été dit :

Le pardon
Eph 4:32
F20160515

Lu "d’une manière générale, l’acte de pardon est un acte difficile à accomplir pour l’être humain". D’une manière générale, dans les relations entre les humains, il est important de déterminer qui est l’offenseur et qui est l’offensé afin de déterminer qui sera celui qui pardonne et qui reçoit le pardon. Ce qui arrive le plus souvent est que l’on trouve que les deux parties partagent la culpabilité, il en résulte donc que personne ne demande pardon. Rien n’est réglé. Il faudrait que chacun fasse réparation pour ce qu’il a fait ou dit et qu’il obtienne le pardon.

Une autre parole qui se dit au sujet du pardon est : "Pardonner c’est oublier". Si nous sommes honnêtes, qui de nous peut promettre d’oublier. Le temps ne garantit pas l’oubli. Avons nous un pouvoir sur notre mémoire ? Tout ce à quoi nous pouvons nous engager est de ne plus soulever la chose, ce qui peut être difficile sous la provocation où dans la souffrance.

Contrairement aux hommes, Dieu a une plus grande facilité à pardonner parce qu’il s’en est donné les moyens, et ceci grâce à la mort de Christ sur la croix.

I. L’importance du pardon des péchés

Les disciples demandent à Jésus de leur enseigner comment prier et non de leur apprendre une prière. Jésus dit" Voici donc comment vous devez prier" (Mat 6:9). L’une des phrases dans la prière modèle est "pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés" (Mat 6:12). De toutes les pensées exprimées dans cette prière, il ne fait de commentaire que sur celle-là et dit : "Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses" (Mat 6 : 14-15). Jésus souligne le lien étroit entre le fait de recevoir le pardon de Dieu et celui qui nous incombe, c’est à dire d’accorder le pardon à celui qui le demande.

Jésus a mis en relief cette réalité dans la parabole du roi qui voulu faire rendre des comptes à ses serviteurs (Mat 18:23-35 ). Cette réalité est reprise par l’Apôtre Paul dans sa lettre aux Ephésiens ("Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ" - Eph 4:32) et dans sa lettre aux Colossiens ("Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi" - Col 3:13). Il y a même de notre santé physique et morale (Jac 5:14-16) .

II. Le prix du pardon

Le coût de la réparation pour un tord détermine le prix du pardon. Quand le roi a remis la dette du premier serviteur cela lui a coûté 165.000 ans de travail.

Il est très difficile pour nous d’évaluer l’ampleur de l’offense que nous avons pu infliger. La faute est grave non en fonction de l’évaluation de celui qui la commet mais de celui qui en est la victime . Une parole peut être une blague dans l’esprit de celui qui la prononce mais infliger une blessure profonde chez celui qui en est la victime . Quand Nathan le prophète a raconté une parabole à David pour lui montrer la gravité de sa faute, il n’a pas dit que l’homme riche avait pris la brebis du pauvre mais qu’il y avait un attachement particulier de cet homme à sa brebis (2Sam 12:1-6). La faute était plus grave même si l’acte était le même parce qu’il a tenu compte de la souffrance du pauvre et non de la valeur marchande de la brebis.

Les hommes ont offensé Dieu. Ce n’est pas à nous de déterminer la gravité de la faute, mais à lui de nous dire combien il a été blessé par notre comportement. Le prix de la réparation était la vie de son cher Fils sur une croix parce qu’il avait déclaré que "le salaire du péché, c’est la mort" (Rom 3:23). Il se l’ait imposé avant de nous l’imposer. C’est ainsi qu’il a pu aussi nous donner une idée de son amour pour nous ("Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous" - Rom 5:8).

III. La grâce du pardon

Le pardon de Dieu pour nos péchés est réellement une grâce qu’il nous fait. Nous devons l’accepter et l’ayant reçu l’accorder aussi généreusement aux autres, ceux qui nous ont offensés.

Ce qui nous rends capable de pardonner n’est pas ce qui pourrait être en nous mais le fait que nous avons été pardonnés. Nous jouissons d’une grâce, ne l’oublions jamais .
Nous pardonnons parce que nous avons été pardonnés, pour notre libération et pour soulager notre prochain s’il demande le pardon. Le pardon doit être accordé aussi facilement que celui que nous avons reçu de Dieu. Pardonner ne justifie pas l’acte, il le reconnaît (confession) et le décharge.

"Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ" - Eph 4:32


Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur