Dieu, régne-t-il encore ? Esa 6 ;1 ; Luc 2 : 11 ; Apo 5:13

dimanche 21 décembre 2014
par  Steve BARNES
popularité : 6%

-* Date du message : 21décembre 2014
  • Sujet : Dieu, régne-t-il encore ?"
  • Texte : Esaïe 6:1 ; Luc 2 : 11 ; Apocalypse 5:13 (Bible)
  • Prédicateur : Steve Barnes

Fichier MP3 à écouter en ligne

Fichier MP3 à télécharger

MP3 - 26.7 Mo

Dieu, règne-t-il encore ?
Esa 6 : 1 ; Luc 2:11 ; Apo 5:13
Prédication de Noël

Nos jours commencent et se terminent avec un débit ininterrompu de nouvelles provenant de tous les points du monde. Parfois nous apprenons des informations concernant des endroits dont nous ne connaissons même l’existence. Un groupuscule, un orage, un vent ou un séisme provoque une alerte et nous entendons que des vie sont perdues dans d’horribles conditions. On se demande parfois où peut-on vraiment être en sécurité ? Quelque soit la religion ou l’insouciance dont certains se réclament, un évènement peut subitement provoquer la panique. Et l’on dit à celui qui place sa foi en Dieu : "Où est Dieu dans tout cela ?", "Pourquoi permet-il ses choses ?", Pourquoi n’empêche-t-il pas que des innocents meurent ?". La question que je me pose est plutôt : "Comment est-ce que Dieu fait pour se retenir de nous détruire tous, vu la manière dont les hommes se comportent vis à vis des uns et des autres pour toutes sortes de raisons ?" Dieu est capable de le faire. Il a ordonné un déluge de toute la terre quand les hommes étaient moins nombreux et ne pouvaient pas encore faire les torts qu’ils se font aujourd’hui. Voir ce qui défile sur nos écrans et constater que Dieu n’est pas encore intervenu me permet d’admirer sa patience avec les humains. Il a donné la capacité à l’homme d’exercer librement sa volonté. Dieu laisse faire parce qu’il respecte la liberté de choix dont il les a dotés. L’histoire d’Ananias et de Saphira nous donne l’allure que prendrait la justice de Dieu s’il l’exerçait de nos jours. Dieu lui permet de l’exercer pour se tourner de lui comme pour s’en détourner. Les faits divers, les guerres et les catastrophes naturelles nous poussent à se poser la question : "Dieu, est-il encore sur le trône ?"

I. Le roi est mort mais le Seigneur est assis sur son trône - Esaïe 6:1

Esaïe est l’un des prophètes incontournables de l’Ancien Testament. Il est souvent cité dans le Nouveau Testament. C’est aussi sa prophétie qui est trouvée intacte parmi les manuscrits de la Mer Morte. C’est lui que cite l’ange à Joseph pour lui assurer que le Messie devait naître d’une vierge et qu’il porterai le nom d’Emmanuel (Dieu avec nous). Esaïe avait suivi le roi Ozias de près depuis son couronnement à l’âge de seize ans jusqu’à sa mort au bout d’un règne de 52 ans (2Chr 26:3). C’est Esaïe qui avait enregistré toutes les actions du roi Ozias (2Chr 26:22). Ozias avait été un roi fidèle à Dieu durant la majeur partie de sa vie. Son succès était à l’origine d’un certain orgueil vers la fin de sa vie (2Chr 26:16).

C’est justement durant l’année de la mort du roi Ozias qu’Esaïe a besoin de voir la vision céleste. Personne d’autre n’avait eu jusque là cette vision mais ils avaient pu continuer par la foi. Ozias avait été puissant et il avait fortifié les murs de Jérusalem (2Chr 26:8) mais maintenant, il n’est plus et son fils est jeune, il a seize ans. A l’horizon, des ennemis se préparent, le roi de Syrie et le roi d’Israël (Esa 7). Mais Esaïe, grâce à sa vision aura compris que dans les années les plus sombres, le ciel reste imperturbable. Les séraphins continuaient à adorer Dieu dans sa sainteté comme si rien ne s’était passé sur terre. Une seule chose préoccupe l’Eternel : " Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous ?" (Esa 6:8).

Quand le petit-fils d’Ozias, Achaz, sera paniqué par les armées de Syrie et d’Israël, Esaïe pourra le rassurer en disant : " Sois tranquille, ne crains rien, Et que ton cœur ne s’alarme pas, Devant ces deux bouts de tisons fumants" (Esa 7:4).
Même si le roi est mort, l’Eternel est toujours sur son trône.

II. César et Hérode sont sur leurs trônes mais l’Eternel est toujours sur le sien. - Luc 2 : 11

L’empereur Romain doit à tout prix maintenir ce peuple d’Israël dans la soumission après tout ce qu’ils ont vécu avec la résistance de Maccabées. Le roi Hérode pratique la tolérance zéro quand il est question de son pouvoir. Le peuple d’Israël n’avait pas eu de prophète de l’Eternel depuis 400 ans. Jean Baptiste n’avait que six mois à la naissance de Jésus, on ne le connaissait pas. Le peuple d’Israël se demandait peut-être si Dieu régnait encore ou s’il les avait oubliés. Le peuple attendait le Messie mais ils se le représentaient d’une certaine manière.

Tout à coup devant des bergers assoupis, voilà l’annonce de la naissance du Messie. Ce libérateur qu’attend le peuple se présente de manière bien fragile. Physiquement il n’est qu’un nouveau-né. Il n’appartient pas à une famille importante dans la société. Economiquement, Joseph et Marie n’ont pas les moyens qui leur trouveraient une chambre dans l’hôtellerie même quand il n’y en avait plus. Encore enfant (moins de deux ans), il devra fuir en Egypte pour échapper à la colère d’Hérode. mais dans toutes ces circonstances hostiles, l’Eternel régne.

C’est "lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi" (Gal 4:4). Le temps était arrivé pour la naissance du Messie il est venu ; César ou pas César. Elisabeth, poussée par l’Esprit, a reconnu la voix de la mère de son Seigneur quand elle entendit la salutation de Marie (Luc 1:41-43). Zacharie a annoncé la venue du Sauveur puissant lors de la naissance de son fils Jean (Luc 1:69). Siméon dans le temple savait qu’il ne mourrait pas qu’il n’ait vu le Christ du Seigneur (Luc 2:25-32). Anna l’attendait (Luc 2:36-38). Le temps était venu pour sa naissance et il est né comme prévu.

Les temps peuvent paraître sombre aux hommes et même aux croyants mais Dieu est encore sur son trône. Il n’a pas pris de retard dans l’accomplissement de ses promesses. Sa grâce surpasse tout ce que nous pouvons imaginer ou penser.

III. Jean est exilé sur l’île de Patmos mais il voit Dieu sur un trône. - Apo 5 : 13

Jean est l’apôtre qui était aimé du Seigneur mais il est vieillard et prisonnier sur l’Ile de Patmos pour les raisons de son appartenance à la communauté des chrétiens. Les apôtres Pierre, Paul et Jean auraient pu, à maintes reprises, se demander si l’Eternel les avait abandonnés ou oubliés. Peut-être que la situation avait échappé son contrôle ? Non ils n’ont jamais douté au point que Paul affirmait c’était Dieu qui établissait ces hommes dans ces positions de pouvoir (Lire Rom 13 : 1 à 7).

Ecoutons ce que disent ces hommes :
"Le Seigneur me délivrera de toute œuvre mauvaise, et il me sauvera pour me faire entrer dans son royaume céleste. A lui soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen !" (2 Tim 4:18)
"Au roi des siècles, immortel, invisible, seul Dieu, soient honneur et gloire, aux siècles des siècles  ! Amen !" (1 Tim 1:17)
"Si quelqu’un parle, que ce soit comme annonçant les oracles de Dieu ; si quelqu’un remplit un ministère, qu’il le remplisse selon la force que Dieu communique, afin qu’en toutes choses Dieu soit glorifié par Jésus-Christ, à qui appartiennent la gloire et la puissance, aux siècles des siècles". Amen ! (1 Pi 4:11)
"A lui soit la puissance aux siècles des siècles ! Amen !" (1 Pi 5:11)

L’apôtre Jean sur l’Ile de Patmos, alors que tout semble indiqué le contraire, il a un songe. Dans cette vision il voit Dieu sur le trône et tous les êtres célestes qui l’adorent. Non seulement Dieu est-il encore sur le trône à l’époque de Jean mais selon la vision, il est sur son trône à la fin des temps. La multitude des rachetés seront autour du trône parce qu’il les aura délivrés. Lire Apocalypse 5.

Nous n’avons pas à craindre, notre Dieu est sur son trône comme il l’a toujours était et ce qui se passe sur terre ne menace nullement son autorité ou pouvoir.


Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur